Oxygenserv

Oxygenserv s’illustre comme la première start-up française à avoir fait le pari de rendre accessible l’écologie et le savoir-faire français dans le domaine de l’hébergement de serveurs de jeu. Nous avons créé des nouveaux produits conçus par des spécialistes du jeu vidéo afin de proposer la première solution de serveur écologique et haut de gamme qui répond vraiment aux besoins des gamers.

Les liens utiles :

Quelques chiffres
(accompagnés de quelques lettres)

Début 2021 Création d'Oxygenserv
Fin 2021 Première version bêta test de notre solution
100 Serveurs dans notre parc informatique à l’horizon 2022
3 Mille abonnements récurrents espérés d’ici fin 2023

Les
fondateurs

Background

Jean-Baptiste Devic

Co-fondateur & CEO Oxygenserv
Linkedin
Background

Maxence Salomon

Co-fondateur & Directeur Général Oxygenserv
Linkedin
Background

Benjamin Soulas

Co-fondateur & Directeur Général Oxygenserv
Linkedin

Le mot
du fondateur

L’essence même d’Oxygenserv est de prouver que malgré les barrières techniques, il est possible de proposer des solutions simples, écologiques et accessibles à tous.
Notre mission principale sera de sensibiliser tout un secteur, celui du jeu vidéo, afin que ses utilisateurs prennent conscience de leur impact sur la planète. L’Incubateur Paris-Dauphine nous apporte l’aide parfaite à la fois dans le développement de notre startup et nous permet de diffuser à plus grande échelle notre message et notre solution.

Jean-Baptiste Devic, Co-fondateur d’Oxygenserv

 

Un peu
d'histoire

Oxygenserv c’est la rencontre de trois joueurs qui, après avoir créé avec succès un site e-commerce, décidèrent de se lancer dans un nouveau projet afin de proposer une vraie alternative aux solutions actuelles sur le marché de l’hébergement de serveurs de jeu.

Le constat ? Les serveurs sur lesquels des millions de joueurs dans le monde jouent dessus sont de mauvaise qualité et leur impact sur la planète est immense. Les parties de jeux de millions de joueurs sont hébergées dans des centres de données extrêmement énergivores, ce qui représente une empreinte carbone non négligeable. Si on s’attache aux émissions de CO2, le numérique représente 3.8% des émissions annuelles de GES, c’est plus que le transport aérien civil. Et puisque personne ne souhaitait initier le changement, nous avons décidé de faire bouger les choses ! C’est ainsi qu’est né notre projet, Oxygenserv, en fin d’année 2019.